Bienvenue sur Vinci Hair Clinic!

Les femmes sont-elles de plus en plus attirées par les greffes de cheveux ? Les statistiques n’annoncent rien de bon, soyons honnêtes. Les chiffres publiés l’année dernière par l’International Society of Hair Restoration Surgery (ISHRS) montrent que 87 % des greffes de cheveux pratiquées par les membres de l’ISHRS étaient destinées à des hommes. Les femmes sont donc loin derrière. Mais ces statistiques ne reflètent peut-être pas toute la réalité. On constate en effet que de nombreuses cliniques de restauration capillaire observent un regain d’intérêt de la part de leurs clientes. Quelque chose a changé ? Les femmes se tournent-elles désormais vers les greffes de cheveux pour restaurer leur ligne frontale et gagner en densité au niveau de leur couronne ?

Plongeons dans le vif du sujet et voyons ce qu’il en est !

Qu’est-ce qui freine les femmes ?

Traditionnellement, les femmes ne sont pas vraiment orientées vers la greffe de cheveux. Bien au contraire. Des cliniques de restauration capillaire ont refusé des clientes au motif que les femmes ne sont pas de bonnes candidates pour une greffe de cheveux. Cette mauvaise perception est due au fait que la greffe de cheveux peut ne pas convenir à tous les cas de perte de cheveux.

L’amincissement général des cheveux, par exemple, qui est le type de perte de cheveux que connaissent de nombreuses femmes, est plus difficile à traiter qu’une zone de calvitie bien définie. Les sites donneurs potentiels peuvent en effet être également vulnérables à la perte de cheveux, et le prélèvement dans ces zones est donc problématique. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas le faire, mais le chirurgien doit savoir comment éviter les mauvaises surprises.

Ensuite, il y a la stigmatisation sociale autour des femmes et de la perte de cheveux. Si elle touche également les hommes, la pression sociale exercée sur les femmes est sans doute plus forte. Les notions de beauté féminine idéale renvoient à une chevelure abondante et luxuriante. Lorsque les cheveux d’une femme commencent à s’éclaircir ou à tomber, elle est plus susceptible d’essayer de cacher la perte par une nouvelle coiffure ou un couvre-chef plutôt que de risquer le ridicule et le jugement en ayant recours à une greffe de cheveux.

Chez les hommes, la liste des célébrités masculines qui jouent le rôle de modèles et de précurseurs ne cesse de s’allonger. Chaque semaine, on voit un athlète ou une personnalité de la télévision parler de son expérience de greffe de cheveux qui a changé sa vie. Cela permet non seulement de faire connaître le processus, mais aussi de le normaliser. Il est ainsi plus facile pour Monsieur Tout-le-monde de faire le même choix. Qu’en est-il de Madame Tout-le-monde ? Où sont ses ambassadrices ?

Et pourtant, malgré ces obstacles, les femmes sont de plus en plus nombreuses à se manifester. Qu’est-ce qui a changé ?

Peu d’entretien

Le temps est venu pour un bon traitement de restauration capillaire. Pendant des décennies, les femmes ont tenté de remédier à la perte de leurs cheveux en recourant à diverses méthodes inefficaces et insatisfaisantes. Les perruques, les postiches et les extensions de cheveux sont des solutions qui demandent beaucoup d’entretien et qui ne sont pas idéales, car elles doivent être remaniées et remplacées régulièrement. En revanche, la greffe de cheveux est une intervention unique qui donne des résultats permanents. C’est un attrait majeur pour les femmes qui cherchent à « régler le problème et l’oublier ».

Les greffes de cheveux modernes correspondent parfaitement à cette description. De plus, les gens sont de plus en plus conscients que la greffe de cheveux peut donner d’excellents résultats aujourd’hui. La couverture médiatique y a contribué, en attirant l’attention sur les progrès technologiques et techniques qui ont fait une réelle différence à la fois dans le processus et dans les résultats. Des options moins invasives comme l’extraction d’unités folliculaires (FUE) permettent non seulement de donner des cheveux naturels et épais, mais aussi de réduire considérablement la douleur, les cicatrices et la durée d’immobilisation.

À cela s’ajoute le nombre croissant d’extractions sans rasage. Elles ont également contribué à attirer un plus grand nombre de femmes ; citez-moi une femme qui souhaite passer des mois avec le crâne rasé en attendant que ses nouveaux cheveux poussent !

Greffe de la ligne frontale

Les femmes sont de plus en plus au fait de ce qu’il est possible de faire. Et c’est notamment ce qui rend les greffes de la ligne frontale particulièrement populaires. Elles sont souvent destinées à traiter une ligne de démarcation haute, des cicatrices ou une alopécie de traction causée par des extensions de cheveux, des coiffures tirées vers l’arrière, des produits chimiques ou des accessoires lourds.

Elles peuvent être réalisées en donnant un aspect tout à fait naturel. Cela est particulièrement important pour les femmes, qui sont souvent jugées sévèrement pour tout ce qui est perçu comme des défauts dans leur apparence. Un chirurgien spécialisé dans les greffes de cheveux peut créer une ligne de démarcation qui repoussera comme le font les cheveux naturels du patient (parce que ce sont les cheveux naturels du patient !), créant ainsi une apparence homogène.

Conclusion

Les femmes ont depuis longtemps saisi les opportunités offertes par la greffe de cheveux. Pour de nombreuses femmes, une perte de cheveux sévère porte atteinte à l’essence même de la féminité. Elle porte atteinte à leur identité et à leur estime de soi. Heureusement, de nombreuses femmes semblent se rendre compte qu’il n’est pas nécessaire d’en arriver là.

Si vous vous demandez si une greffe de cheveux pourrait être la réponse à long terme à votre problème de perte de cheveux, la Vinci Hair Clinic peut vous aider. Nous offrons une consultation gratuite à tous nos nouveaux clients. Il vous suffit de prendre contact avec nous et de fixer un rendez-vous. Votre consultation peut avoir lieu dans l’une de nos nombreuses cliniques ou par téléphone, à l’aide de photos. Prenez rendez-vous dès aujourd’hui !