Bienvenue sur Vinci Hair Clinic!

En 2001, Hillary Clinton a déclaré à une classe d’étudiants diplômés de l’université de Yale : « Les cheveux sont importants. Faites attention à vos cheveux – parce que tout le monde le fera ». Ses commentaires ont été repris quelques années plus tard par une autre avocate de renom, Cherie Blair. Elle a déclaré à la presse qu’elle n’avait jamais réalisé à quel point son apparence ferait l’objet d’une attention particulière lorsqu’elle a emménagé au 10 Downing Street en tant qu’épouse du Premier ministre britannique, Tony Blair. En y réfléchissant, elle a déclaré qu’elle aurait souhaité « faire plus d’efforts pour se coiffer ».

Deux femmes éminentes qui ont occupé des postes de pouvoir et d’influence dans les principales démocraties occidentales. Deux femmes qui se sentaient jugées par la société sur l’état de leurs cheveux. Est-ce toujours le cas aujourd’hui ? Et la situation est-elle différente pour les hommes ? Faites défiler la page pour en savoir plus !

La situation actuelle

CTV, le plus grand réseau de télévision privé au Canada, a récemment fait la une des journaux pour des raisons inattendues. La présentatrice de CTV News, Lisa LaFlamme, qui travaillait pour l’entreprise depuis trente-cinq ans, a été licenciée pour des raisons qui n’ont toujours pas été expliquées. Les médias ont suggéré que Mme LaFlamme avait été licenciée parce qu’elle avait laissé ses cheveux grisonner. CTV a démenti cette allégation, mais cela n’a pas empêché plus de soixante-dix journalistes, politiciens et militants de premier plan de signer une lettre ouverte de protestation contre cette décision.

Quelle que soit la vérité qui se cache derrière cette histoire particulière, le tapage qui l’entoure suggère que peu de choses ont changé depuis les commentaires de Mme Clinton. Un rapide coup d’œil sur le traitement réservé aux femmes de premier plan par les médias confirme ce fait. De nombreuses colonnes sont consacrées à l’état de la chevelure de la Princesse de Galles, tandis que des commentaires critiques sur la coloration et les mèches de cheveux de la Première ministre Liz Truss sont régulièrement affichés en marge de l’analyse de ses opinions politiques.

Le ressenti chez les hommes

Pourtant, les hommes ne sont pas non plus à l’abri d’être jugés sur leurs cheveux. L’ancien footballeur international Pat Nevin a entendu d’un producteur que s’il ne faisait pas quelque chose pour sa calvitie, sa jeune carrière de présentateur sportif serait terminée avant même d’avoir commencé. L’acteur James Nesbitt a avoué qu’il craignait que sa calvitie ne lui fasse perdre ses rôles. Un clip sur TikTok se moquant de la calvitie du prince William a fait des millions de vues pendant la période de deuil de la reine Elizabeth. Il semble donc que les femmes ne soient pas les seules à être jugées sur leurs cheveux ; la honte de la calvitie chez les hommes est toujours d’actualité. Pourquoi les cheveux suscitent-ils des commentaires aussi toxiques ?

Importance culturelle

Les gens se moquent souvent de ce qu’ils craignent, et il ne fait guère de doute que les gens craignent la perte de cheveux. Ce n’est pas surprenant dans la mesure où les cheveux ont joué un rôle important dans toutes les cultures et sociétés depuis la nuit des temps. Pour les hommes comme pour les femmes, ils ont toujours représenté la force, le pouvoir et le caractère attractif. Perdre nos cheveux symbolise la perte de toutes ces qualités. C’est le signe que nous vieillissons dans une société qui vénère la jeunesse. Cela entraîne un sentiment de honte. Gershen Kaufman, auteur de The Psychology of Shame, l’exprime ainsi : « Il y a une énorme honte à vieillir, en particulier dans une culture qui survalorise la jeunesse, comme la nôtre ».

Vu sous cet angle, il est plus facile de comprendre pourquoi la perte de cheveux peut être une passerelle vers l’anxiété et une crise de confiance en soi. Sans exagérer, on peut dire qu’elle peut détruire des carrières et briser des relations.

Ceux qui travaillent dans le domaine de la restauration capillaire le savent déjà. Ils ont entendu les histoires de beaucoup d’hommes et de femmes. Ils ont également vu la transformation qui s’opère chez une personne à la fin de son traitement de restauration capillaire, une transformation qui est plus qu’un changement physique ou esthétique. Le traitement de restauration capillaire peut redonner à une personne l’estime de soi qu’elle a perdue. Cette guérison s’accompagne d’une toute autre attitude face à la vie. Deux phrases ressortent des commentaires des clients recueillis par les cliniques Vinci : « la meilleure décision que j’aie jamais prise » et « j’aurais voulu le faire plus tôt ».

Conclusion

La société juge encore une femme par ses cheveux mais, comme nous l’avons vu, elle juge souvent les hommes de la même manière. C’est pourquoi la calvitie peut nous affecter à un niveau aussi profond et causer des problèmes qui vont bien au-delà de l’esthétique. C’est aussi la raison pour laquelle la restauration capillaire est de plus en plus reconnue comme un traitement de santé.

Si vous craignez de perdre vos cheveux ou de les voir s’éclaircir, il est préférable d’en parler à un spécialiste des cheveux le plus tôt possible. Vous vous inquiétez peut-être inutilement, car il est normal de perdre un peu de cheveux au quotidien. En revanche, si vous avez un problème, plus tôt vous prendrez des mesures pour le résoudre, mieux ce sera. La Vinci Hair Clinic est là pour vous aider. Nous offrons une consultation gratuite, sans obligation, à tous nos nouveaux clients. Prenez contact avec nous et fixez votre rendez-vous dès aujourd’hui !